Le calcul de marée

La marée influe sur la hauteur d’eau au cour de la journée, plus ou moins selon la zone de navigation. En général dans une journée on trouve deux marées hautes et deux marées basses, le temps entre deux marées étant d’environ six heures. La marée se décale environ d’une cinquantaine de minutes par jours(voir « la marée »)et évolue de façon sinusoîdale. La différence de hauteur d’eau entre une marée haute et une marée basse, que l’on appelle marnage change au cours du mois avec plus ou moins d’intensité(voir toujours « la marée »), ce changement est caractérisé par le coefficient de marée.

1)Le coefficient de marée

C’est le premier chiffre à noter avant de faire un calcul de marée, sans unité il évolue entre 20 et 120. Plus il est faible et plus il indique un faible marnage et donc de faibles courants; plus il est élevé et plus il nous informe sur un marnage fort, et donc des courants forts. Ce chiffre est indiqué dans le bloc marine ou l’almanach du marin breton, ou d’autres bouquins sur les marées à l’année. Il sert aussi pour calculer la force des courants. En dessous de coefficient 70 on est en morte-eau(marée plutôt faible)et au-dessus de 70 on est en vive-eau(plutôt fort).

2)Evolution entre deux marées

maré

Comme on peut le voir, la marée n’évolue pas comme une droite linéaire. Elle décroît doucement au début, accélère rapidement au milieu et termine doucement en se stabilisant. On se rend donc compte que le moment où il y aura le plus de circulation d’eau, du coup là où il y aura le plus de courant se sera à mi-marée, soit trois heure avant ou trois heures après une basse ou haute mer environ. Les moments où il y aura le moins de courant se sera proche de l’étale(pendant la haute ou la basse mer). La méthode la plus simple pour savoir la hauteur d’eau dont on dispose à un moment et un endroit donné est de tracer un graphique, mais problème: comme on l’a vu, la marée n’évolue pas de façon linéaire, et tracer à main levée une sinusoidale c’est pas très précis!

3)Changer une courbe sinusoidale en droite

Cette méthode nous fait perdre un peu de précision mais elle est simple. Comme on l’a vu plus haut le temps entre une basse et une haute(ou inversement)est d’environ 6 heures, c’est le temps marée et on le trouve simplement en calculant le temps écoulé entre les deux(exemple, 6 heures 24 minutes). Une heure marée, c’est le temps marée divisé par 6(donc ici 1 heure 4 minutes).

On admet l’évolution de la marée de la façon suivante; tout d’abord on divise le marnage par 12. La première heure marée, il va y avoir une augmentation ou une baisse de 1/12 ème du marnage, la deuxième heure marée 2/12 èmes, et la troisième heure marée 3/12 èmes(là où les courants seront plus forts). La quatrième heure encore 3/12 èmes, et après le rythme ralentit avec à la cinquième heure 2/12 èmes et pour finir à la sixième heure marée 1/12 ème. C’est la règle des douzièmes.

maré2

Sur ce graphique, les abscisses représentent les heures marées. Une heure marée faisant ici une heure et quatre minutes, à la fin si on ne s’est pas trompé on retrouve la bonne heure d’étale. C’est bien beau tout ça mais on est toujours embêté par la courbe! pour avoir une droite facile à tracer on va jouer sur ces abscisses en respectant la règle des douzièmes:

maré3

La deuxième heure prend deux fois plus d’unités que la première, la troisième heure marée trois fois plus que la première heure…On dispose d’un graphique qui nous donne instantanément la hauteur de marée dans une zone donnée.

Il suffit d’additionner  cette hauteur de marée à la profondeur indiquée sur la carte pour savoir la profondeur rencontrée à cet instant. Sur les cartes les profondeurs écrites sont celles lorsque la mer est au plus bas(marée basse par coefficient 120). Sur les zones en vert(l’estran, les endroits couverts ou découverts par la marée)ou sur certains points de la carte on trouve des chiffres surlignés. pour connaître la profondeur à ces endroits on prend notre hauteur de marée et on soustrait le chiffre surligné. si le chiffre trouvé est négatif, il indique la hauteur à laquelle le relief émerge à cet endroit. Petit exemple:

maré4

Sur la carte on voit une profondeur de un mètre à l’entrée d’un chenal, le calcul de marée au-dessus concerne la zone où l’on navigue. Notre bateau a un tirant d’eau de deux mètres. On prend une marge de sécurité(pied de pilote)de un mètre. On veut savoir si à 15 heures 20 il y aura assez d’eau pour passer. D’après le graphique à 15 h 20 on a 5 mètre 70 de hauteur de marée, donc à l’entrée du chenal on va avoir en réalité 6 mètres 70 de profondeur à 15 h 20. Sous la quille à ce niveau il y aura 4 mètres 70 d’eau, bien au-dessus des 1 mètres de pied de pilote, du coup c’est cool on peut passer sans surprise désagréable.

4)Les corrections

Dans les almanach de marée il y a des ports de référence, par exemple si on veut connaitre l’évolution de la hauteur d’eau à Brest, il suffit de prendre pour tracer notre droite directement les horaires de Brest. Par contre si on veut savoir les données pour Loctudy, il faut tout d’abord prendre les horaires et les hauteurs d’eau de sont port de référence qui est Port-Tudy. Les corrections de hauteur et de temps changent selon le fait que l’on soie en vive-eau ou en morte-eau; pour être le plus précis possible le mieux est de prendre les corrections de morte-eau quand le coefficient de marée est entre 20 et 45, et celles de vive-eau quand le coefficient se situe entre 95 et 120. Entre 45 et 95, on fait une moyenne des corrections.

Il faut toujours vérifier l’heure de référence des données, si toutes les données sont en UT+1, il faut penser à rajouter une heure en été(en général fin Mars à fin Octobre).

5)Autres paramètres

La pression atmosphérique influe sur la hauteur d’eau également. On considère la pression atmosphérique moyenne à la surface de la mer à 1013 hpa, pour chaque hpa supérieur à cette moyenne on retranche 1 cm(l’atmosphère appuie l’eau), et pour chaque hpa en moins on ajoute 1 cm.

Le vent modifie aussi le niveau moyen par son action. Un vent d’afflux(vient du large)va augmenter le niveau moyen(pour un vent fort grosso modo 50 cm)et un vent de reflux(vent de terre)va avoir tendance à baisser ce niveau(50 cm en moins par vent fort). Il est cependant difficile de quantifier précisément la modification de hauteur selon l’intensité du vent. Ce phénomène explique en partie pourquoi par fort coup de vent du large pendant une marée haute à fort coefficient, il y a des débordements dans certains ports.

Le vent peut aussi modifier la durée du flux et du reflux, l’heure de mi-marée reste fixe. Par exemple un vent de reflux diminue la durée du flux et évidemment augmente celle du reflux, et inversement.

Les zones de navigation près d’une sortie de cour d’eau subissent aussi des modifications des horaires de marée quand il y a eu beaucoup de précipitations auparavant, du coup la marée montante peu prendre du retard.

6)Le pied de pilote

Le mieux je pense est de prendre 1 mètre pour être tranquille. Cependant quand la mer est agitée avec des hauteurs de vagues importantes, il faut l’augmenter selon la hauteur des vagues. Par exemple si on a des vagues de deux mètres, on augmente le pied de pilote de deux mètres.

 

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Le calcul de marée »

  1. Good day, Just happen to dropped by your site. I’m so interested on how the ‘Tidal Coefficient’ Table was formulated or calculated. I there any specific link or additional articles that could shed info on this subject.

    Hoping for a Favorable Response.

    Sincerely,

    Marben

    1. In fact currently in spite of my lack of time i’m seeking about things talking about that subject too, because i’m trying to do a little software able to use moon positions to calculate navigation positions (like with the sun and the stars), and if i would manage to do that, with my program based on the sun normaly it would be possible to add up some lines to calculate tides coefficient in the same way. For the moment i have only found data on wikipépé on the page « marée »in french, which explains how coefficent is calculated with a little formula, and how sun and moon positions creates tides forces on earth, but honestly for me the link between their positions, the tides force done and the coefficient brought back at the end is still blurring, especially between the forces and the coefficient. I have found a french book written by alexandre Moatti which is called ‘les indispensables astronomiques et astrophysiques pour tous »; inside there is a chapter usefull because it describes tides and forces, syzigy and quadrature but it is not focused on about how those forces work on the tidal coefficient range. If i would find something more interesting i will send you the link.

      Regards

Allez vas-y, soit pas timide ! Bin allez quoi, dis le que cet article est bouleversant et extraordinaire, que...Comment ça c'est de la merde ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.