Règles de route

L’ensemble des règles de priorité en mer se trouve dans le RIPAM(règlement pour prévenir les abordages en mer) qui fixe un « privilégié » et un « non-privilégié ». Cela veut dire simplement que même le navire prioritaire doit tout faire pour éviter la collision. Pour les règles de priorités en régate on les trouve dans le livre de l’ISAF. Ces documents indispensables étant particulièrement soporifiques et pouvant rapidement devenir un vrai challenge face à la lutte contre le sommeil, voir même un risque accru de sombrer définitivement dans un coma léthargique, il est heureusement possible de les résumer.

1) Règles de base

Dans la pratique, il faut laisser la priorité aux professionnels de la mer(pêcheurs, ferry, cargo…), ce qui est assez logique. Entre plaisanciers, les bateaux à voile sont prioritaires sur les embarcations à moteur car ces dernières sont plus facilement manoeuvrables. Un bateau à voile faisant route simplement au moteur est considéré comme un navire au moteur. Entre deux voiliers navigant sous voiles sur le point de se croiser, il y a deux règles de base:

.Si ils sont tout les deux bâbord ou tribord amures(si ils touchent le vent du même côté), celui qui est sous le vent est privilégié(celui qui est le plus éloigné de la source du vent).

.Si l’un est tribord et l’autre bâbord amures, celui qui est tribord amures est privilégié(celui où le vent souffle sur la droite du bateau).

Après en pratique, si on croise un bateau sous spi(donc plus difficilement manoeuvrable)le bon sens voudrait lui laisser la priorité même si on est tribord amures et lui bâbord amures, du moins en croisière. En règle générale c’est le bateau le moins manoeuvrant qui est privilégié.

2)En régate

Non non contrairement aux apparences ce n’est pas l’équipage qui fait péter le plus de décibels qui est prioritaire! Pour la régate c’est un peu plus complexe(les règles entre parenthèses sont les règles ISAF):

.Je suis prioritaire quand je suis tribord amures(règle 10), sous le vent(règle 11), devant(règle 12), sur un bord fixe(règle 13)confronté à un bateau qui vire de bord, sur un bord fixe(règle 13) alors que l’autre bateau effectue une pénalité, avançant(règle20).

.je ne suis pas prioritaire quand je suis bâbord amures(10), au vent(11), derrière(12), virant de bord(13), réalisant une pénalité(20) ou reculant(20).

Lorsque je suis prioritaire je dois quand même éviter les collisions(14) et laisser de la place si je modifie ma route(16) ou si je viens de prendre la priorité(15). Je dois aussi naviguer sur la route normale(17).

Lorsque je ne suis pas prioritaire je dois évidemment éviter les collisions(14)et rester écarté dès que non privilégié. J’ai par contre droit à de la place quand le prioritaire modifie sa route(16)ou quand je viens de perdre la priorité, sauf si j’ai donné la priorité(15).

Au niveau des bouées(dans la zone des 2 longueurs); si je suis derrière je reste écarté, si je suis devant je fais ce que je veux y compris se moquer de la règle 16. Si je passe la bouée par l’extérieur je dois rester écarté, par l’intérieur j’ai droit à de la place pour empanner vers la route normale. Il y a cependant des exceptions, sinon se serait trop simple: si je prend la bouée par l’intérieur en étant non prioritaire(bâbord amures)avec un bateau extérieur et tribord amures, la priorité est partagée pendant l’enroulement de la marque. Si on vire dans les deux longueurs on ne devient pas prioritaire après le virement, et bien sûr on ne peut pas faire lofer un adversaire pour l’empêcher de passer la bouée ou faire plus que du près.

Evidemment en cas d’obstacle exceptionnel je peu faire virer un bateau au près ou ne pas m’écarter d’un bateau sous le vent(19).

Petite précision la règle 12(devant/derrière)n’est plus valide quand l’étrave du bateau qui rattrape l’autre coupe le prolongement du tableau arrière de l’autre bateau, par exemple un bateau non prioritaire peut le devenir si il coupe le prolongement du tableau arrière du bateau rattrapé en passant sous son vent(là on rebascule sur la règle 11).

Mais bon des fois en hurlant « de l’eau, de l’eau » quand on est pas sûr, sur un malentendu ça peut marcher!

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.