Le spi

A la différence des autres voiles, cette dernière est faite en nylon; c’est le même tissus que les cerfs volants. En général quand on loue un bateau de croisière le loueur a du mal à le mettre à disposition, et pas mal de gens ont des à priori concernant sont utilisation « compliquée », mais ça reste une voile comme une autre et en navigation c’est quand même dommage de s’en priver.

1)En gros

Il existe différents types de spi, on peut les regrouper en deux catégories: les spi symétriques et les spi asymétriques.

Spi symétrique: comme son nom l’indique sa forme est symétrique. Il se présente sous la forme d’une bulle avec comme pour toute voile classique trois points, c’est à dire un point de drisse, d’amure et d’écoute. Cependant comme cette voile est symétrique on peut utiliser le point d’écoute comme point d’amure et le point d’amure comme le point d’écoute, seul le point de drisse ne peut pas être modifié. On utilise le spi symétrique avec un long tube(en alu, bois ou carbone) appelé tangon, ce tube se fixe au mat et est mobile. En fait le spi symétrique a la particularité d’avoir un point d’amure mobile aussi bien horizontalement que verticalement. Cette voile s’utilise la plupart du temps entre les allures de largue et de vent arrière, c’est pourquoi on l’emploie en régate pour les parcours bananes.

Mn_mer9

On peut voir au-dessus un spi avec tangon en carbone(le point d’amure du spi est proche du bout du tangon).

Mn_SPTLS036

Sur cette photo on voit mieux la forme globale en « bulle » du spi symétrique.

Spi asymétrique: comme sont non l’indique, bin il est pas symétrique! Voilà, ayé c’est fini. En fait par rapport au type symétrique il va avoir des points communs; il est tissé aussi en nylon, et on l’utilise aussi à des allures portantes. Cette voile a trois points(drisse, écoute, amure)mais cette fois aucun n’est interchangeable, et on l’utilise aussi avec un tube où au bout se fixe le point d’amure. Ce tube c’est le bout dehors, il se fixe à l’étrave du bateau et contrairement au tangon il n’est pas mobile dans plusieurs directions, on peut le rentrer ou le sortir de l’étrave et c’est tout. Le spi asymétrique s’utilise surtout entre les allures de travers et de largue. Ce modèle de spi se retrouve plus en croisière car il est plus facile à maneuvrer sans la présence d’un tangon.

Après dans tout cet ensemble on va distinguer les spi de petit temps, les spi de brise…En fait plus le vent va monter plus les spi hissés seront petits avec un grammage plus conséquent(tissus plus épais) et un creux réduit.

2) Utilisation du spi symétrique

Préparation: dans un premier temps on installe les barbers et les écoutes, le spi est sortit sur le pont en dernier. Les barbers sont des petites poulies où l’on fait passer les écoutes, on installe un barber de chaque côtés du bateau(la plupart du temps il y a des cadènes faites pour les barber situées environ entre les haubans et le cockpit). Une fois les barbers placés on va à l’avant du bateau, on attache les mousquetons des écoutes au balcon(ils sont en général de type émerillon, capables de tourner à 360°)  avant ou à la filière et on les ramène vers le cockpit en les faisant passer dans les barbers, les poulies arrières et à l’extérieur de tout(haubans, filières).

lespi

Une fois les écoutes sorties des poulies arrières, on les love et on range le mou quelque part en attendant ou on stocke le mou sur les filières en faisant un nœud de tête d’alouette(aussi appelé par nos amis poètes couille de singe…).On peut préparer les écoutes de cette façon avant même de sortir du port. On peut également attacher la drisse du spi à l’avant avec les écoutes en prenant garde à la faire passer à l’extérieur de tout(écoutes de foc, haubans…)sans qu’elle gêne la trajectoire de la voile d’avant pendant les changements d’amure.

(Remarque: la drisse de spi est la plus haute dans le mât, la balancine a la sortie la moins haute dans le mât.)

Le tangon: avant d’installer le tangon il faut tout d’abord savoir de quel côté on va envoyer le spi, à quelle amure on sera sous spi. Le tangon est placé du côté au vent du bateau, le spi sera établi sous le vent. L’extrémité du tangon reliée au bateau se fixe sur la cloche de tangon sur le mât(c’est une sorte de cadène à l’avant du mât pouvant être fixe ou alors mobile sur un rail)et l’avant du tangon va accueillir l’écoute de spi au vent, appelée le bras de spi. Le tangon se hisse et se maintient en l’air avec la balancine de tangon, et est maintenu par le bas avec le hales-bas de tangon.

lespi2

Les extrémités du tangon se présentent comme ça:

photo tangon

Il y a un croc à chaque extrémité, on les ouvres à l’aide d’un bout en tirant dessus.

Avant de hisser le tangon on fait passer la contre écoute de la voile d’avant au-dessus du tangon et devant la balancine, comme ça en cas d’affalage du spi à l’arrache on peut virer ou empanner sans bloquer la voile d’avant. On fait passer le bras de spi dans le croc avant du tangon, et enfin on hisse le tangon perpendiculaire au mât. Le barber au vent(dans lequel passe le bras de spi)est repris à fond, l’autre barber est relâché.

Envoi du spi: on peut enfin sortir le sac du spi(en ayant vérifié au préalable si il a été plié correctement dedans…), en le sortant au dernier moment on évite de le mouiller au maximum. On attache d’abord le sac au bateau pour ne pas le perdre à l’envoi, et on l’attache à l’avant du bateau du côté opposé au tangon. On attache les trois points du spi aux écoutes et à la drisse, en général c’est le moment où on fait des erreurs; il faut imaginer le spi quand il va sortir du sac et se gonfler. Il ne doit pas y avoir de tour d’écoute autour du balcon ou des filières, le bras de spi doit passer par le tangon puis par l’avant de l’étai et au-dessus des filières avant d’être capelé au spi. Sur la voile le point de drisse est identifiable avec la couleur des bordures, le point de la voile reliant la bordure verte et la bordure rouge est le point de drisse. La drisse doit être libre de tout avant d’être attachée à la voile(pas de tour autour de l’étai et des haubans…)et on la fait passer derrière la voile d’avant.

L’envoi du spi se fait au grand largue, au vent arrière on risque un empannage sauvage pendant la maneuvre et au largue le spi risque de ne pas être correctement déventé pendant son envoi. On l’envoie à cette allure simplement pour déventer le spi pendant qu’on le hisse(la grand voile et la voile d’avant déventent le spi). Dans un premier temps on reprend du bras de spi jusqu’au moment où le spi touche le bout du tangon, et après on peut hisser le spi jusqu’à ce qu’il soie en tête de mât. Une fois le spi établit on peut enrouler ou affaler la voile d’avant.

Réglage de base: la bordure du spi doit être parallèle à l’horizon, pour cela on monte le tangon de façon à ce que le point d’amure soie au même niveau que le point d’écoute, et on utilise le barber de l’écoute également. Le tangon est perpendiculaire au vent apparent et le plus possible perpendiculaire au mât. Comme toute voile, le spi doit être réglé à la limite du fasseyement, il doit être bordé de façon à toujours montrer un léger frémissement dans le haut du guindant(bord d’attaque). Plus l’on va s’approcher du vent arrière, plus le tangon va s’éloigner de l’étai, plus l’on s’approche du travers, plus le tangon va s’approcher de l’étai, il ne doit jamais toucher l’étai. Sous spi il faut toujours reprendre un peu d’écoute de grand voile pour ne pas déventer le spi, et ne pas trop reprendre de pataras pour ne pas donner de quête au mât afin d’éviter la présence de roulis, le pataras reprend juste la tension exercée vers l’avant sur le mât.

(Remarque: par temps léger ou modéré on peut faire du travers avec un spi symétrique, cependant la dérive du bateau sous le vent va devenir importante(à cause de la coupe creuse de cette voile).Pour la diminuer on peut abaisser le bout du tangon pour tendre le guindant du spi au maximum, sans oublier de relâcher à fond le barber de l’écoute.)

(Remarque: sous spi, perso j’aime bien avoir la drisse de spi prête à être larguée à tout moment, du coup je la love autour d’un winch, si j’ai besoin d’affaler rapidement je la balance à l’eau et j’ouvre le taquet coinceur. De cette façon on évite la formation de nœuds au niveau du taquet, et le spi descend plus doucement.)

(Remarque: sous spi dans le petit temps on peut au vent arrière carrément enlever le tangon et utiliser le spi un peu comme une voile de kite, on peut alors border la grand voile dans l’axe du bateau pour être tranquille. Quand le spi se balance de droite à gauche sans posibilité de le stabiliser, on remet le tangon.)

(Encore remarque: si sous spi le bateau est un peu trop ardent à la barre, on reprend du bras de spi et on lâche un peu d’écoute. Inversement si le bateau est trop mou.)

(et hop encore une autre remarque tiens: quand il y a pas mal de vent on peut laisser la voile d’avant gonflée, elle va alors déventer un peu le spi, réduire sa puissance et le rendre plus facilement contrôlable.)

Affalage: il y a plusieurs méthodes, la plus safe pour le matériel est de se remettre au grand largue et de renvoyer la voile d’avant. On relâche le bras de spi doucement(le bras ne doit pas venir percuter violemment l’étai)pour le faire passer sous le vent des voiles et le déventer. Quand le tangon touche l’étai on relâche complètement le bras, puis en étant positionné sous le vent du bateau on récupère toute la bordure du spi(on peut s’aider du barber en le reprenant à fond), et enfin on lâche la drisse et on l’affale dans son sac(on peut aussi l’affaler dans la descente du bateau).

 3)Utilisation du spy asymétrique

C’est presque la même chose, il y a cependant des différences notables:

Préparation: ce type de spi a plus la forme d’une voile d’avant classique, l’amure du spi est en bout du bout dehors, et les écoutes du spi sont toutes les deux reliées au point d’écoute. Quand le spi est dans son sac à l’avant du bateau prêt à être envoyé, la contre-écoute du spi doit toujours passer devant l’étai, et le bout de l’amure doit passer au-dessus de la contre-écoute(car pendant les empannages le spi va changer de côté entre l’étai et son guindant).

Envoi: pendant que l’on hisse le spi il faut sortir le bout-dehors auparavant pour bien dégager le spi de la voile d’avant et l’aider à gonfler correctement.

(Remarque: pour le spi asymétrique normalement on ne grée pas de barbers, mais j’aime bien quand même les utiliser pour récupérer plus facilement la bordure de la voile pendant l’affalage)

Affalage: on peut rentrer dans un premier temps le bout-dehors pour déventer plus facilement le spi.

Un spi asymétrique tangonné:

tangons-voiliers-21814-3660363

(Remarque: sous spi asymétrique il peut y avoir parfois de bonnes variations du vent apparent, notamment lors de l’accélération du bateau, obligeant le barreur à abattre et à modifier son cap.)

4)Derniers petits trucs

.Si sous spi la voile se met à claquer en coups secs, soit on est trop lofé, soit il faut lâcher un peu de bras de spi.

.Si la voile se met à se dégonfler par le milieu, la grand voile est en train de déventer le spi ce qui veut dire que l’on est trop abattu, ou qu’il faut reprendre du bras.

.Plus on monte un spi en hauteur et plus il va toucher de vent, mais bon en général c’est la hauteur du point d’écoute qui fixe la hauteur du spi. Il est toujours utile d’avoir à bord deux jeux d’écoutes pour le spi, des écoutes fines pour le petit temps et des écoutes de diamètre plus conséquent pour le gros temps(les petites écoutes permettront au spi de gonfler plus facilement, et on aura plus de sensations dans les doigts à l’écoute).

.Le pliage du spi est assez simple il faut s’assurer qu’il ne twiste pas et les trois points sont en sortie de sac, prêt à être envoyé.

 

Allez vas-y, soit pas timide ! Bin allez quoi, dis le que cet article est bouleversant et extraordinaire, que...Comment ça c'est de la merde ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.