Fabriquer un safran neuf

Il y a plusieurs possibilités pour faire un safran; soit on le fait en polyester, ce qui demande la construction d’un moule, soit on le fait en bois. La première solution est intéressante car elle permet de faire un gouvernail solide sans pour autant le surcharger en poids(on moule les deux côtés du futur safran, puis avant de joindre les deux parties on met à l’intérieur de la mousse hydrophobe en bandes pour la rigidité de l’ensemble, et de la mousse polyuréthane)mais elle peut coûter rapidement cher en matériaux. De plus pour la confection du moule il faut avoir déjà un safran d’origine. La solution la moins coûteuse est de le faire en bois, le bois que j’ai utilisé est de l’irocco. Il présente l’avantage d’être quasiment imputrescible et l’inconvénient d’être très dense, donc assez lourd et difficile à travailler pour lui donner une forme.

1)L’irocco

Pour en trouver il suffit de faire le tour des scieries du coin, ils vont proposer différents types de planches en divers formats. En choisissant la planche il faut évidemment prendre en compte les futures dimensions du safran mais aussi éviter les planches vrillées et avec des nœuds de bois, pour ne pas faire une dépression nerveuse pendant la phase de découpe et de rabotage. Pour ce type de bois on est obligé d’utiliser un rabot électrique et une ponceuse gros grammage avec une bonne puissance pour enlever de l’épaisseur, pour les angles ronds je me suis servit d’une grosse lime à bois, une meuleuse(y aller trrrrrèèès doucement)et pour finir ponceuse. Quand on travaille sur l’irocco il faut surtout bien utiliser un masque anti-poussières, la sciure d’irocco est toxique et très fine, du coup elle s’infiltre partout. Pour avoir un safran droit et non-voilé, il faut y aller tranquillement avec le rabot(enlever petites épaisseurs par petites épaisseurs)et régulièrement contrôler avec une règle à niveau pour repérer les bosses et les creux(les noter sur le bois au crayon avant d’enlever la matière).

2)Le safran compensé

Pour un petit bateau comme le kelt 620 je ne pense pas que ce soit indispensable, mais un safran compensé apporte pas mal d’avantages. il permet au barreur de moins forcer et pour les longues navigations il permet surtout de ménager le pilote automatique, ce dernier s’use donc moins vite et consomme aussi moins d’énergie pour fonctionner. Le principe de base est assez simple, on place la mèche du safran à environ 20% en arrière du bord d’attaque au maximum.

safran 2

De cette façon, quand on fait pivoter le safran de l’eau vient exercer une pression sur le bord d’attaque grâce à la vitesse du bateau dans le sens de rotation voulu.

safran3

A l’achat de ma planche d’irocco en brut, la planche n’était pas assez large pour faire le safran voulu aux bonnes cotes, il a donc fallu faire d’abord la partie principale puis l’autre partie correspondant aux 20% du bord d’attaque. J’ai assemblé les deux parties avec trois chevilles en bois noyées dans de la résine époxy. Pour consolider et isoler la jonction j’ai ajouté du tissus roving par dessus avec aussi de la résine époxy.

safran4

La petite partie ajoutée pour le bord d’attaque doit être plus fine, il faut prévoir l’épaisseur de résine et de roving utilisée pour fixer l’ensemble, sachant que l’époxy et difficile à poncer et a peu de retrait le mieux est de donner une forme telle que:

safran5

Pour l’achat du roving prévoir du tissus à fort grammage pour les bords(300g est suffisant)et du roving plus fin appelé taffetas(entre 100 et 200g)pour faire le bord d’attaque et les angles. Comme on utilise de l’époxy on a pas besoin de mettre de mat de verre entre les couches de roving.

résine safran

Entre chaque couche de tissus(on aura au préalable découpé toutes nos couches de tissus aux bonnes dimensions pour pouvoir imbiber et stratifier tranquillou)il faut bien que le tissus boive la résine tout en évitant les bulles d’air à chasser avec le pinceau. On par du milieu pour chasser les bulles sur les côtés. Quand on a pas d’atelier et qu’on est à la rue il faut faire la résine par beau temps sec pour que la polymérisation se passe bien. Il vaut mieux aussi le faire loin d’un endroit bourré d’insectes…

safran irocco

A la fin on a ce genre de truc, il ne reste plus qu’à le peindre avec une bonne peinture polyuréthane. J’aurai pu imbiber d’époxy tout le bois en le diluant auparavant dans de l’alcool méthylique ou à brûler pour qu’il imprègne bien le bois, mais pour raison de pépèttes manquantes je ne l’ai pas fait. De toute façon l’irocco avec la peinture pour protéger est assez résistant comme ça.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.